Diapazen | L’esprit Diapazen
3879
page-template-default,page,page-id-3879,ajax_updown_fade,page_not_loaded

L’esprit Diapazen

Ancrage et ouverture

Diapazen propose des pratiques corporelles traditionnelles qui permettent de découvrir une nouvelle qualité d’être. Ce sont des pratiques douces, accessibles à chacune et chacun à tout âge de la vie, sans niveau de performance, mais qui permettent de prendre contact avec son corps, et qui offrent un moyen de vigilance, de présence, de conscience. Elles sont des supports pour nous remettre dans le verticalité de la présence à l’instant.

L’idée est que nous n’avons pas un corps, mais que nous sommes un corps (cf. Durkheim). La connaissance de soi commence par la perception du corps. Il y a du physique et du sensible, du psychique et de l’émotionnel, et il y a aussi du métaphysique de l’Être en nous.

Il s’agit de trouver son espace intérieur où « ça respire au large », cet espace de paix qui est un axe, un alignement, un centre, une respiration, un ordre énergétique qui conduit au bien-être.

Mais pour « bien-être », encore faut-il ÊTRE !

Dans nos profondeurs se trouve notre vitalité. Quand on est bien centré, que l’axe est ajusté, la circulation des liquides et des énergies se fait bien, et la vie nous anime librement, pleinement, paisiblement.

Cette expérience à la fois d’ancrage dans nos profondeurs et d’ouverture, se fait au moyen de notre corps. Il s’agit d’être à son écoute, présent et attentif à l’instant. Le chemin qui mène à réintégrer le principe vital mène également, dans un même mouvement, à la connaissance de soi et à la découverte de notre vocation véritable, sans passer par le mental ou l’intellectualité.

La détente ne deviendra possible que si nous sommes présents à notre corps, dans la conscience du ressenti.